La jeune femme et le vide

Mis à jour : 7 déc. 2020


Série : L'âme du temps

Illustration : Leaillustratrice

Texte : Tallulah



L’angoisse décoche ses flèches. Elles lacèrent une à une leur cible. Les mots essorent mes entrailles, m’enserrent les méninges, me crispent le cœur.


Dans la solitude qu’inflige l’isolement, je m’éteins pour survivre. Comment trouver la motivation quand une distance se creuse entre moi et le monde ? Je n’en perçois qu’un reflet agressif sur l’écran du mobile qui me tient immobile.


Motivée ? Où trouver le sens de mon mouvement dans un monde désorienté, incapable d’illuminer l’horizon ? Je fais du surplace ; les jobs s’effacent balayés par la misère d’un monde qui perd la boule. Les peurs font leur défilé d’hiver dans l’obscurité des nuits prématurées. La peur de l’échec surtout. Elle est tenace celle-là ! Elle ne me quitte pas, elle me rappelle sans cesse à l’ordre dans le désordre du monde.


On dirait que la vie veut ma peau. Elle m’irrite, me démange dans une urticante interrogation : Où trouver ma place dans ce monde qui crache de ses gargouilles des sentences de mort. Alors, je m’accroche à mes stylos, mes feutres, mes cahiers, mes couleurs. Je prends le chemin de la liberté. J’enfouis ma tête dans des bras de papier pour y pleurer mes chagrins et mes frustrations.


La vie est belle quand je la trace à l’aquarelle. Elle devient fluide, transparente, lumineuse. Elle me réchauffe, m’encourage. Elle me sourit. Alors j'entre dansante dans la vie.


Abonnez-vous au blog !

© 2020 by  Nathalie & Léa Martinez copyright F.U.L  - Contact : leaillustratrice@gmail.com

  • Facebook Social Icône