Notre part de malheur


Série : L'âme du temps

Illustration : Leaillustratrice

Texte : Tallulah


Chacun porte en soi une part de malheur, petite ou grande. Un jour ou l'autre, s'abat sur nous la nouvelle qui n'arrive pas à la "bonne heure". Celle qui vient interrompre le flux d'un quotidien négocié tant bien que mal avec le plaisir, la satisfaction, le moindre inconfort. Le malheur est un incontournable de la vie humaine. Il nous rend "humain".


Le malheur nous rappelle la fragilité de toute chose, l'urgence de vivre, l'importance du moindre moment partagé avec les êtres aimés, la futilité de l'attachement matériel. Il nous apprend aussi qu'il existe des liens indestructibles.


Le malheur nous fait traverser l'expérience de l'impuissance et de l'humilité ; ne pouvoir rien faire, n'être plus rien qu'un bouchon au milieu de la tempête. Il nous rapproche des autres ; il nous fait comprendre que seule la chaleur humaine apaise. Elle offre des bras dans lesquels se cacher.


Et puis, il y a la musique et la danse. Heureusement, il y a la musique et la danse pour s'oublier. Danser c'est entrer en transe, dépasser le temps et l'espace, s'énivrer de notes, glisser sur les mélodies, se goinfrer de mots, n'être qu'un corps abandonné au mouvement, l'esprit chiffonné. Les pleurs et les rires se mêlent, la tristesse et la joie s'affrontent, l'une tire à gauche et l'autre à droite mais c'est l'énergie qui gagne.


La danse nous sauve de nos tourments. Elle offre à notre cœur un chemin de deuil lumineux qui nous guide vers l'apaisement de l'âme. Si vous êtes triste, dansez ! Si vous êtes gai, dansez ! Si vous doutez, dansez ! Dansez sa vie est le plus sûr moyen d'entrer dans la joie.




Abonnez-vous au blog !

© 2020 by  Nathalie & Léa Martinez copyright F.U.L  - Contact : leaillustratrice@gmail.com

  • Facebook Social Icône